Vivre au jour le jour


                              QUELQUES REFLEXIONS A PROPOS DU FILM
                                             "VIVRE AU JOUR LE JOUR"

          Ce film canadien qui a été visionné trois fois à l'Auditoire de Cery ( 25, 26 mai, 2 juin 1982 nous a laissé une profonde impression pour sa portée psychologique.

          Nous avons vu que le désir de sécurité et le besoin d'affection s'avèrent plus vifs chez les "mourants" que chez les "vivants". Les premiers préfèrent s'éteindre chez eux ou dans un milieu offrant une certaine protection, s'attendant à être aimés, compris, réconfortés, par les leurs ou par un entourage sympathisant. La peur du rejet et de la solitude écartée, certains sont devenus relativement plus raisonnables qu'avant, acceptant plus ou moins leur sort et exprimant plus intensément et profondément leur émotivité qu'à l'accoutumée. De même, face à ces circonstances tragiques, les seconds : parents, conjoint ou entourage des "mourants" semblent réagir avec plus de compréhension et de tendresse que d'habitude.

          "Pourquoi, nous demandons-nous, ne sommes-nous pas capables d'un tel état de lucidité et d'amour dans la vie de tous les jours ? Devrons-nous forcément attendre un événement dramatique ( terrible accident, grave maladie, décès subit ou prévu , … ) pour consentir à manifester le meilleur de nous-mêmes, à mettre en sourdine notre cupidité, nos dissensions et nos rancunes ?".

           Nous pensons que la réponse est déjà explicitée dans le titre du film, mais que nous ne l'avons pas bien saisie.

          "Vivre au jour le jour" ne consiste pas seulement à profiter simplement du présent ( une forme de l'hédonisme sans autre) en faisant abstraction du passé et de l'avenir. Rien de tel n'a été vu dans le film.

          "Vivre au jour le jour" réside dans cette possibilité de commencer chaque jour comme s'il s'agissait d'un jour nouveaut de regarder la vie avec des yeux nouveaux et d'aborder le monde et nos proches avec un coeur nouveau. Malheureusement. nous vlvons souvent dans le présent avec les tourments que suscite l'avenir, encombrés de nos préjugés, de nos ressentiments, de nos rancunes d'hier, alourdis encore par nos désirs frustrés, de nos ambitions déçues, de nos illusions évanouies …

           Ce n'est qu'à l'occasion d'un brutal choc psychologique ou de la menace effective de la mort que nous arrivons parfois à « sortir de nous-mêmes », à surmonter notre narcissisme invétéré pour nous montrer plus humains afin de réagir avec plus de magnanimité d'âme et de coeur que d'ordinaire.

          "L'être humain n'est-il vraiment humain qu'à l'aproche ou en présence d'un malheur ?". L'écrivain DURRENMATT a démontré, dans un roman satirique "Grecque cherche Grec" que l'être humain vit plus authentiquement dans le malheur que dans le bonheur !.

           Toutefois, nous nous garderions de vous souhaiter le pire, même si c'était pour votre bien et pour celui de l'humanité !. Nous nous faisons un plaisir de vous communiquer ces beaux vers de Dom Helder Camara, tirés de son recueil de poésie "Mille raisons pour vivre":

                            Un jour
                            pour chacun de nous
                            le soleil se lèvera pour la dernière fois. 
                            Lumière, ma soeur, 
                            n'y aurait-il un moyen de me prévenir
                            que mon dernier jour est arrivé ? 
                            Mais le mieux 
                             est encore
                             de vivre chaque jour 
                             comme s'il était le dernier
                             ou, encore mieux, 
                             comme s'il était toujours le premier … 
                             (6 mai 1959)
 
                       Prilly,
                       Eté 1982. 
                       LD.T
 

                                                 MILLE RAISONS DE VIVRE
                                       par Dom Helder CAMARA ( Seuil 1980 ) 

                              Si tu as mille raisons de vivre.
                              Sl tu ne te sens jamais seul. 
                              si tu te réveille avec l'envie de chanter,
                              Si tout te parle
                              - des pierres du chemin aux étoiles du ciel.
                              des lézards qui musardent 
                              aux poissons, seigneurs de la mer –
                              si tu comprends les vents
                              et écoutes le silence, 
                              tressaille de joie:
                              l'amour chemine à ton caté,
                              il est ton compagnon,
                              ton frère ... 

                                      28 janvier 1973

                                                             *************

                             La nuit était si noire,
                             sans le moindre point lumineux,
                             tellement nuit
                             que j'ai été saisi par l'angoisse 
                             malgré l'amour profond
                             que j'ai toujours porté à la nuit … 
                             C'est alors qu'elle m'a confié son secret :
                              plus la nuit est nuit
                              plus belle sera l'aurore
                              qu'elle porte en son sein !  

                                        14 juin 1970 

 


                                           Dom Helder CAMARA, l’évêque rouge

            Le prélat brésilien Helder Câmara est né le 7 février 1909 à Fortaleza, Ceara, Nord-Est du Brésil. Il est devenu archevêque catholique d’Olinda et de Recife (1964-1965). Il est mort le 27 août 1999 à Recife à l’âge de 90 ans.

            Il était connu pour ses prises de position en faveur des pauvres et des opprimés du tiers monde. Surnommé l' « évêque rouge » pendant la période de la dictature militaire (1964-1985), Mgr Helder Câmara fut l'un des pionniers de la théologie de la libération. Il fut aussi un ardent défenseur des droits de l'homme pendant ses soixante-huit années de sacerdoce.

            Durant les années 70, celui que l'on appelait au Brésil «Dom Helder » a acquis une renommée internationale pour avoir dénoncé les abus du régime dictatorial. Helder Câmara a été cohérent avec ses prises de position jusqu'à la fin de ses jours. Il a conservé le même mode de vie, célébrant des offices religieux et habitant dans une demeure humble à la périphérie de la ville de Recife.

            Nommé évêque auxiliaire de Rio de Janeiro à l'âge de 43 ans, son influence au sein de l'Eglise catholique brésilienne se fait sentir dès 1952. Il fonde alors avec d'autres évêques la Conférence nationale des évêques du Brésil ( CNBB ), dont il devient le premier président. Lorsque, en 1964, un coup d’état militaire renverse le président brésilien Joao Goulart, Dom Helder adopte une position humaniste et populaire. Il entame une lutte qui fera de lui une référence mondiale pour les évêques partageant les mêmes vues.

            Cependant, l'accession de Jean-Paul II au Vatican en 1978 devait contribuer à réduire la portée de la théologie de la libération.

            Il est célèbre pour avoir déclaré : « Quand je donne de la nourriture aux pauvres, on m'appelle un saint. Quand je demande pourquoi les pauvres ont faim, on m'appelle un communiste ».

            - ( ats-apf )

            Biographie détaliiée/2.-foi-et-ethique ( Dom Helder Camara et l'Ethique).